Marina Gimenez, ancienne institutrice, présidente de l’association « La voie Lect-A », à Marignane, lance un appel pour éradiquer l’échec scolaire :

Acquérir et maîtriser la lecture, dès 5 ans, les jeunes enfants en sont parfaitement capables.

C’est sa conviction absolue.

 

 

cartable

Aujourd’hui, mobilisons-nous à la mesure de l’immense enjeu social et culturel.

Dans ce combat que je mène depuis si longtemps, pour tant d’enfants désemparés, j’ai besoin de vous, de vous tous !

-Vous, notre nouveau président.

-Vous, les enseignants de maternelle, vous les ATSEM, les enseignants de l’école primaire.

-Vous, les éducateurs de la petite enfance.

- Vous, les parents et vous les si précieux grands-parents.

-Vous, les responsables politiques.

-Et Vous tous qui rêvez d’une école efficace et heureuse, assurant la réussite et un bel avenir à tous ses enfants.

 Mais pourquoi donc bouleverser des habitudes si bien ancrées, troubler l’ordre paisible des maternelles ?

La simple observation permet de constater une réalité, une évidence : très nombreux sont les enfants qui savent lire avant 6 ans !

-Dès 1960,  des chercheurs ont découvert le potentiel intellectuel inouï des jeunes enfants de 2 à 5 ans : soif d’apprendre, curiosité insatiable, imagination, facilité de mémorisation ;

 Ce potentiel ignoré et inexploité !

-Rachel Cohen, pionnière inspirée et courageuse, a expérimenté à Paris (dans les années 72-73), l’apprentissage précoce de la lecture, avec succès, dans des classes maternelles.

-Plus récemment, Céline Alvarez a réalisé une expérience dans une classe maternelle à Genevilliers, pendant 3 années, avec des résultats exceptionnels, en respectant les « lois naturelles de l’enfant ». Son livre révèle  une autre conception de l’éducation, révolutionnaire!

 A la lumière des découvertes récentes des neurosciences, qui éclairent le fonctionnement du cerveau et sa grande plasticité chez les tout-petits. Refusons de brader ce capital si précieux de l’enfant.

Offrons-lui un environnement riche, avec des activités, dont la lecture, clé de tous les savoirs.

Trop peu de stimulation intellectuelle pendant la période sensible de 2 à 5 ans, pénalise gravement les jeunes enfants car ils n’atteindront jamais le niveau auquel ils ont droit.

Ignorer la valeur de la petite enfance et son rôle dans l’épanouissement de l’être humain serait pure inconscience.

L’école maternelle conditionne le succès de la scolarité future des enfants !

Qu’attendent nos responsables politiques ?

Que nos 4-5 ans défilent dans la rue, exigeant leurs droits ? C’est à une véritable révolution dans les apprentissages que sont conviés les enseignants.

 A 6 ans, il est sûrement trop tard !

Y a-t-il un meilleur plaidoyer pour une égalisation des chances ?