Les tribulations d’une instit’ obstinée !

Chaque enfant, irremplaçable, porte en lui l’avenir de l’humanité. Comment ne pas tout mettre en œuvre pour l’amener au plus haut de ses possibilités ?

L’échec en lecture de trop d’enfants, exclus du savoir, est inacceptable. On ne peut tolérer une telle injustice sociale.

 De ma triple expérience d’enseignante, de mère et grand-mère, de bénévole au long cours, j’ai acquis cette conviction absolue : les jeunes enfants (4 à 5 ans), apprennent à lire facilement dans la joie, tout simplement.

Alors ? Mon objectif, pour combattre ces inégalités flagrantes de notre système scolaire est d’assurer dès le plus jeune âge, à tous, une réussite optimale en lecture.

Et d’offrir enfin les chances d’un avenir social et culturel à tous nos enfants.

L’échec n’est pas une fatalité. Sa sombre, lugubre, hallucinante litanie, doit cesser. Ainsi que le gâchis de tant d’enfants privés du bonheur de réussir, dès 6 ans !

Quarante ans d’aberrations en matière d’apprentissage de la lecture, cela suffit !

 Comment est-il possible encore, d’ignorer les lumineuses avancées de la science et ses bénéfices pédagogiques ?

Cela reste stupéfiant !

-          « Mais vous voulez bouger un dinosaure ? m’a-t-on dit, dans ce combat titanesque contre -l’indifférence, les préjugés, la désinformation …

-          Oui, tout au moins une patte, et depuis fort longtemps. Dans le style « on a tout essayé », moi, j’ai beaucoup tenté pour remettre debout tant d’enfants découragés.

Chemin faisant, j’ai eu la chance de découvrir des auteurs qui ont renforcé mes convictions :

-          Tout d’abord, en 1977 à Marseille, ce furent les dessins mnémotechniques si drôles, d’un  maître génial, permettant la mémorisation rapide du code graphophonologique et l’efficacité inouïe de cet apprentissage.0062

-          Ensuite, en 1998, véritable feu vert pour moi, le rapport collectif « Apprendre à lire » de l’O.N.L. (observatoire national de la lecture) traitant des points essentiels de l’acquisition de la lecture.

-          Egalement les découvertes des neuroscientifiques révélant les capacités intellectuelles des jeunes enfants ainsi que la plasticité étonnante de leur cerveau.

 C’est ainsi que j’ai pu créer, grâce à ces chercheurs, mes 2 ouvrages : une manière simple, rapide et ludique, pour faciliter cette acquisition de la lecture, réputée si ardue !

-          Mon Dicolire, en juillet 2011, pour les 6 ans,

-          Mon P’tit Dicolire, en juin 2016, pour les 4 à 5 ans,

 qui sont l’aboutissement logique de ma détermination.

Plus récemment, (années 2011 à 2014), citons l’expérience de Gennevilliers, avec des résultats exceptionnels, de Céline Alvarez et son livre «  Les lois naturelles de l’enfant »: Selon elle, il suffit de respecter les grands principes de l’apprentissage pour obtenir l’épanouissement de l’être humain tout entier !

 Conclusion

Souhaitons, que, de toute urgence, l’école retrouve sa première mission : le succès total en lecture de tous ses enfants, quels qu’ils soient, sans laquelle l’égalité des chances n’est qu’un vain mot !

Aux oubliettes l’échec scolaire et l’illettrisme !

Bienvenue au CP, en toute quiétude, car la maternelle aura assuré sa mission : respecter les capacités des enfants.

0% d’échec en lecture pour les années qui viennent, cela vous tente ?